L e P o i s s o n V o l a n t n°82

Meyssoun

notre vie nous la concevions sans menaces sans oeillères nous pouvions adoucir les brutes



Commentaires (0)
Nouveau commentaire :